Un vaste sujet qui engendre beaucoup de questions sur les forums et les réseaux sociaux : "la création et la gestion d’un élevage de vers de terreau" ; j’ai donc écrit un article sur ce sujet et partager les déboires que j’ai pu rencontrer en créant mon petit élevage de vers de terreau mais aussi les avantages que j’ai pu en obtenir ; le principale avantage, pour les pêcheurs que nous sommes, est d’avoir en permanence une quantité honorable de vers de terreau pour les parties de pêche, des vers bien frais, pleins de vitalité et de tailles différentes afin d’accommoder comme il se doit nos amis les poissons.

Vers de Terreau
 

1°) Fabrication du vermicomposteur ou lombricomposteur

 

Tout élevage de vers de terreau qui se respecte doit impérativement commencer par la fabrication d’un vermicomposteur ou lombricomposteur, hormis la dénomination qui change c’est exactement la même chose.

Il existe différentes solutions pour se fabriquer facilement un vermicomposteur ou lombricomposteur, l’idée de base est la même pour la plupart des réalisations : "la superposition de plusieurs étages de travail et de récupération" afin que les vers de terreau puissent s’adonner à leur activité principale : "se nourrir et créer du compost". Je ne vais pas détailler en profondeur les différentes réalisations possibles, il y a déjà de nombreux articles sur internet qui l’ont fait, mais les exemples et détails seront suffisants pour parvenir à un bon résultat pour un élevage de vers de terreau.

 

Fabrication d’un vermicomposteur avec des bacs en frigolite :

Bac en Frigolite

Les bacs en frigolite, les bacs en polystyrène du poissonnier ou les caisses marée, très facile à se procurer, normalement votre poissonnier ne devrait pas avoir de problème pour vous en fournir gratuitement, enfin achetez lui au moins quelques bons poissons, l’idéal étant d’avoir 5 bacs identiques et un couvercle ; à défaut d’en trouver gratuitement il est possible de s’en procurer sur internet moyennant finance, il faudra compter environ 10€ par bac. Avis personnel sur le sujet : si vous n’arrivez pas à vous procurer ces bacs en frigolite gratuitement, optez pour une autre solution de fabrication qui sera plus pérenne.

La fabrication d’un lombricomposteur avec des bacs en frigolite et la plus facile et le plus rapide à réaliser et celle qui demande le moins d’outils. Il vous faudra avoir à disposition :

  • 5 bacs en frigolite identiques
  • 1 couvercle en frigolite adapté aux bacs
  • 1 gros cutter
  • 1 grosse paire de ciseaux
  • 1 bout de grillage extrudé à maille carrée fine environ 5mm/5mm
  • 1 grand sac en plastique
  • Un peu de peinture acrylique sombre selon condition de stockage du vermicomposteur
  • Des pieds pour le lombricomposteur en option, mais conseillés

Dans un premier temps, nettoyez les bacs et rincer à l’eau clair, puis laissez-les sécher à l’air libre pendant quelques jours, en veillant à ce qu’ils ne soient pas exposés à des trop fortes chaleurs, le faire de préférence au printemps ou en automne lorsque les températures sont encore douces et le temps dégagé.

Mise en place du bac récupérateur d’engrais liquide :

Ce bac permettra de récupérer les engrais liquides issus de la digestion des déchets par les vers et par décantation des bacs supérieurs. Le bac le plus facile à réaliser, il suffit de prendre un bac en frigolite et de le tapisser avec un sac en plastique, le sac devra recouvrir les bords du bac, inutile de faire un travail d’orfèvre, tant que le sac reste bien en place dans le bac c’est suffisant, vous pouvez éventuellement coller le sac sur les rebords extérieurs du bac.

Mise en œuvre d’un bac récupérateur d’engrais solide :

Très simple à réaliser, ce bac permettra de récupérer les engrais solides issus de la digestion des déchets par les vers. Il suffit de percer uniformément le fond d’un bac en frigolite (voir schéma ci-dessous) avec un stylo, une pointe d’un diamètre d’environ 5mm ou tout autre objet similaire.

Bac Récupérateur en Frigolite

Mise en œuvre des bacs de travail :

Prenez un bac en frigolite et tracez des cercles ou des carrés adaptés dans le fond du bac, l’idéal étant d’avoir 6 à 8 orifices identiques, puis coupez les cercles ou les carrés, le schéma ci-dessous montre la disposition des cercles à couper.

Bac de Travail en Frigolite

Une fois les orifices coupés, recouvrez le fond du bac d’un bout de grillage coupé aux dimensions du fond.

Bac récupérateur en Frigolite

Réalisation à faire sur deux bacs,

Mise en œuvre d’une réhausse :

Très simple à réaliser, la réhausse permettra d’augmenter l’apport en déchets organiques dans le lombricomposteur. Pour fabriquer la réhausse, prenez un bac en frigolite et couper le fond de la boite en suivant les rebords intérieurs du bac. Gardez la chute de polystyrène, elle servira à combler les trous éventuels sur les différents bacs. La réhausse n’est pas obligatoire.

 

Il est possible de rajouter des pieds afin que le vermicomposteur ne soit pas en contact direct avec le sol, ce qui pourrait le fragiliser plus rapidement, il suffit de prendre des tasseaux en bois ou des briques en guise de pied. De plus rajouter un petit lest sur le couvercle n’est pas inutile, le couvercle exercera une force sur les différents bacs permettant une meilleure étanchéité de l’ensemble.

Si le lombricomposteur se trouve dans un endroit souvent éclairé, il est préférable de peindre les bacs avec une peinture acrylique de couleur sombre afin de réduire la quantité de lumière, les vers de terre préférant la nuit et sa faible lumière à la journée et son soleil.

 

Vermicomposteur en frigolite :

Vermicomposteur en Frigolite

Le vermicomposteur en frigolite est le plus simple à réaliser, un enfant sous la surveillance d’un adulte serait capable d’en fabriquer un, pour ma part ayant trouvé facilement des bacs à poissons en polystyrène auprès de mon poissonnier j’ai réussi facilement et rapidement à me faire ce composteur, il a été fonctionnel assez rapidement et m’a fourni une quantité tout à fait acceptable de vers de terreau. Les seules choses que j’ai à reprocher à ce lombricomposteur en frigolite sont sa fragilité et sa longévité, en effet les bacs en frigolite supportent mal les différentes manipulations liées à la gestion d’un vermicomposteur. Quelques avantages concernant cette fabrication en frigolite, d’une part le matériau n’est pas imperméable à l’air, ce qui est intéressant pour la vie dans les différents bacs de travail, de plus les variations de température sont plutôt négligeables caractéristiques intéressantes aussi.

Petite vidéo sur la fabrication d’un lombricomposteur en frigolite :

https://www.youtube.com/watch?v=cA6KgVXYNts

 

 

Fabrication d’un lombricomposteur avec des bacs en plastique pleins :

Bac en Plastique plein

Une réalisation qui demande un petit investissement financier pour acheter les bacs en plastique pleins et le couvercle adéquat ; il faut compter environ 10€/bac et environ 5€ pour le couvercle ; de plus il faudra s’armer de quelques gros outils, donc un bricolage qui est déconseillé aux jeunes enfants non accompagnés d’un adulte. Concernant le temps cette réalisation, il faut compter à peine une heure.  Il faudra vous équiper :

  • 4 bacs en plastique pleins, de qualité alimentaire si possible et ayant les longueurs et largeurs identiques, l’idéal étant d’avoir 2 bac L60 x l40 x H12 et 2 bacs L60 x l40 x H21
  • 1 couvercle adapté aux bacs en plastique
  • 1 voile de rideau ou autre voilage à maille très fine
  • 1 cutter
  • 1 perceuse avec des forets de 10mm, 5mm et 1mm
  • 1 pistolet à colle et de colle thermo fusible
  • Des pieds pour le vermicomposteur (optionnels)

Mise en œuvre du bac de récupération d’engrais liquide :

Pour ce bac récupérateur, rien de plus simple il suffit de prendre un bac en plastique de 12cm de hauteur et le tour est joué.

Mise en œuvre du bac de récupération d’engrais solide :

Pour la réalisation du bac récupérateur d’engrais solide, il vous faudra encore un bac en plastique de 12cm de hauteur, munissez-vous de votre perceuse avec le foret de 5mm et du voile de rideau.

Dans un premier temps faites le tracé pour le perçage, sur le bas du bac tracer des traits espacés uniformément en fonction de vos bacs, le schéma ci-dessous est conçu pour un bac de 60cm x 40cm.

Bac en plastique plein

Une fois le tracé réalisé, passez au perçage avec un foret de 5mm, n’oubliez pas de percer légèrement en biais au niveau des coins du bac. Le perçage terminé, à l’aide d’un cutter ébavurez les trous.

Coupez un morceau de voile de rideau aux dimensions extérieures du bac, puis déposez le dans le fond du bac, puis à l’aide du pistolet à colle, collez le voile sur le fond du bac en plastique.

Mise en œuvre de bac de travail :

Pour réaliser les bacs de travail, munissez-vous de deux bacs en plastique avec une hauteur de 21cm, puis sur le même principe que le bac récupérateur d’engrais solide, effectuez le tracé afin de percer les trous, pour le perçage il faudra utiliser le foret de 10mm. N’oubliez pas d’ébavurer les trous de perçage avec le cutter.

 

Bac en plastique plein

Pour assurer un minimum d’aération dans les bas de travail, il faudra percer une petite dizaine de petits trous (environ 1mm de diamètre) pour assurer un minimum de circulation d’air, mais il faudra s’assurer qu’hormis l’air, rien d’autre ne puisse entrer ou sortir des bacs en plastique. Pour ce faire, il suffit de percer des petits trous au niveau des poignées de transport si ces derniers sont pleins et coller un morceau de voile de rideau, ou bien coller un morceau de voile de rideau si les poignets sont vides. Le perçage et l’obturation doivent se faire sur les deux poignées de transport. Voir sur le schéma ci-dessous.

Bac en plastique plein

Réalisation à faire sur 2 bacs.

Pour les bacs de travail en plastique, il est possible de procéder de la même manière qu’avec les bacs de travail en frigolite, c’est-à-dire couper le fond du bac et poser un bout de grillage ; mais couper le plastique s’avère plus difficile et gênant que le percer, de plus il faudra veiller à ce que les découpes n’affaiblissent pas trop la solidité du bac.

Lombricomposteur en bacs plastique :

Vermicomposteur en bacs plastique

Le vermicomposteur en bacs plastique est un peu plus complexe à réaliser, un enfant accompagné d’un adulte peuvent néanmoins en fabriquer un sans rencontrer trop de problème, pour ma part ayant trouvé facilement des bacs en plastique de qualité alimentaire dans mon magasin de bricolage habituel, j’ai facilement fabriqué ce composteur, il a été fonctionnel rapidement et me fournit encore une quantité de vers de terreau pour mes parties de pêche. Il n’y a pas grand-chose à reprocher à ce lombricomposteur en plastique, sa résistance et sa longévité sont tout à fait acceptables pour les manipulations liées à la gestion d’un vermicomposteur. J’ai cru comprendre que l’utilisation de bacs en plastique non alimentaire pouvaient engendrer quelques problèmes, information à vérifier. L’utilisation de pieds n’est pas obligatoire, mais reste quand même recommandé, il suffit de prendre quelques tasseaux en bois et le tour est joué. L’avantage de cette réalisation est le côté quasiment imperméable, si tout est bien emboité et colmaté, rien ne peut entrer ou sortir, mais cette imperméabilité est aussi un inconvénient pour la vie dans les bacs car il faudra veiller régulièrement à l’humidité et l’aération dans le bac de travail.

Tutoriel complet sur la fabrication d’un lombricomposteur en bacs plastique pleins :

http://www.pierre1911.fr/2013/11/fabrication-dun-lombricomposteur.html

 

Fabrication d’un vermicomposteur avec des bacs en bois :

Boite en bois

Une réalisation qui allie les avantages et les inconvénients des réalisation précédentes, qui peut s’avérer onéreuse ou bien au contraire économique ; pour la version onéreuse vous pouvez acheter les bacs en bois, sans oublier de quoi fabriquer un couvercle dans les magasins de bricolage, de décoration ou d’ameublement, il faudra compter au moins 10€/boite et 5€ pour la fabrication du couvercle ; pour la version économique vous pouvez vous procurer chez votre caviste ou au supermarché rayon vin des boites de 6 bouteilles et de 3 bouilles de vin avec leurs couvercles.

L’avantage de cette fabrication est certainement son côté esthétique et son encombrement, ce lombricomposteur trouvera sa place facilement dans le coin d’une cuisine, de plus il s’avère très simple de la rendre plus agréable à l’œil. Il faudra un outillage assez conséquent pour réaliser ce vermicomposteur :

  • 4 bacs en bois de longueur et largeur identiques et si possible de 2 profondeurs différentes (par exemple 2 boites de 6 bouteilles et 2 boites de 3 bouteilles).
  • 1 couvercle adapté aux boites en bois
  • 1 grand sac plastique
  • 1 voile de rideau ou autre voilage à maille très fine
  • 1 bout de grillage extrudé à maille carrée fine environ 5mm/5mm
  • 1 agrafeuse
  • 1 cutter
  • 1 petite scie à bois et une scie cloche
  • 1 perceuse avec un foret de 10mm et un foret de 5mm,
  • 1 grosse paire de ciseaux
  • 1 pistolet à colle et de colle thermo fusible
  • 1 tasseau en bois pour fabriquer les pieds

Vu l’outillage nécessaire pour cette réalisation, c’est un bricolage qui est déconseillé aux jeunes enfants non accompagnés d’un adulte.

Mise en œuvre du bac de récupération d’engrais liquide :

Avec une boite de 3 bouteilles de vin, tapisser l’intérieur de la boite avec le sac plastique, le sac devra recouvrir les bords du bac, inutile de faire un travail d’orfèvre, tant que le sac reste bien en place dans le bac c’est suffisant, puis à l’aide de l’agrafeuse, agrafer le sac sur les bords supérieur de la boite en bois, couper le surplus de sac à l’aide d’un cutter. Il est possible de procéder à l’étanchéification avec une peinture époxy de qualité alimentaire, mais ce genre de peinture reste difficile à trouver et coute relativement cher.

Mise en œuvre du bac de récupération d’engrais solide :

Pour la réalisation du bac récupérateur d’engrais solide, il vous faudra encore une boite en bois de 3 bouteilles, munissez-vous de votre perceuse avec le foret de 5mm et du voile de rideau.

Dans un premier temps faites le tracé pour le perçage, sur le bas du bac tracer des traits espacés uniformément en fonction de vos bacs, pas besoin d’avoir des mesures précises, voir schéma ci-dessous.

Boite en bois

Une fois les trous percés, coupez un morceau de voile de rideau aux dimensions extérieures de la boite, puis déposez le dans le fond de la boite, puis à l’aide du pistolet à colle, coller le voile sur le fond de la boite en bois.

Pour assurer un peu d’étanchéité lorsque les boites seront superposées, retournez la boite et tracez un trait de colle sur la face extérieure de la boite en suivant au mieux les bords, comme le montre le tracé rouge dans le schéma ci-dessous et laisser sécher la colle.

Boite en bois

Mise en œuvre de bac de travail :

Pour les bacs de travail, prenez les boites de 6 bouteilles de vin, puis équipez votre perceuse d’une scie-cloche avec une cloche de 30 ou 40mm environ. Coupez le fond de la boite à l’aide de la scie cloche, l’idéal étant d’avoir 4 ou 6 orifices selon les boites et la cloche utilisées. Vous pouvez si vous le préférez faire des orifices carrés sur le même principe.

Boite en bois

Une fois les orifices coupés, prenez un morceau de grillage coupé aux dimensions intérieur de la boite et posez-le au fond de la boite. Vous pouvez agrafer sommairement le grillage au fond de la boite.

Boite en bois

Comme pour la boite de récupération d’engrais solide, pour assurer un petit peu d’étanchéité entre les boites, tracez un trait de colle sur la face extérieure de la boite en suivant au mieux les bords, comme le montre le tracé rouge dans le schéma ci-dessous :

Boite en bois

Réalisation à faire sur les boites de 6 bouteilles de vin.

Lombricomposter en bois :

Vermicomposteur en bois

Le vermicomposteur en bois est la fabrication la plus naturelle possible, certes il y a quand même des éléments industriels, mais dans une importance largement inférieure par rapport au polystyrène ou au plastique, l’avantage du bois est, comme pour le polystyrène, de ne pas être étanche à 100%, l’air peu circuler un minimum, mais cette perméabilité est aussi un inconvénient, car les vers de terreau ont besoin d’humidité pour vivre et cette humidité détériora le bois dans un temps plus ou moins long selon les conditions d’entreposage du lombricomposteur. Il est néanmoins possible d’étanchéifier le bois avec de la cire d’abeille chaude lorsque les boites sont sèches, pour se faire il suffit de chauffer la cire dans une casserole et de badigeonner les bacs sur toutes les faces en contact avec de l’humidité, l’inconvénient c’est que ça rend les boites imperméables, du coup il faudra assurer un minimum d’aération en perçant quelques petits trous et de recouvrir ces trous avec un voile de rideau.

Je n’ai pas utilisé ce vermicomposteur en bois, j’en ai fabriqué un pour quelqu’un qui l’utilise à des fins de jardinage, le lombricomposteur est entreposé dans un coin abrité d’une terrasse et à l’air de bien résister aux méfaits du temps.

 

Si vous n’avez pas l’âme d’un bricoleur, il est tout à fait possible d’acheter un lombricomposteur, plusieurs magasins de jardinage en propose en rayon et sur internet il y a encore plus de choix, les prix vont de 50€ à plus de 200€ ; pour un élevage de vers de terreau un petit modèle est plus que suffisant.

Quelques options intéressantes pour les jardiniers

Il est possible de rajouter un petit robinet de cuve sur les différentes réalisation, ce robinet pour servira à prélever facilement l’engrais liquide issu du compostage, robinet trouvable dans la plupart des magasins de bricolage pour environ 6€, et dans ce cas la mise en place de pied n’est plus optionnelle pour des raisons de praticité.

Si votre bac de récupération d’engrais solide n’est pas équipé d’un voile de rideau, fabriquez à l’aide d’une grosse bouteille de forme rectangulaire ou d’un bidon de 5l une sorte de rampe qui permettra aux vers tombant dans le bac de récupération de liquide de remonter dans les étages supérieurs. Les vers aiment l’humidité mais se noient s’il y a trop d’eau, voir schémas ci-dessous (vue de côté et vue de dessus).

Rampe bac récupérateur Rampe bac récupérateur

Si vous avez vraiment l’âme d’un jardinier pêcheur, vous pouvez rajouter un bac de travail supplémentaire, ce qui vous permettra d’avoir un compost bien mûr avec le temps, ce compost sera de meilleure qualité pour vos plantes.

 

2°) Démarrage de l’élevage de vers de terreau

 

Pour démarrer votre élevage de vers de terreau, il va falloir commencer à rendre votre premier bac de travail viable pour les vers, pour faire cela rien de bien compliqué, il vous faudra une quantité adaptée à votre bac de terreau horticole sans engrais (évitez les sacs de terreau à bas prix), des billes d’argile, du carton ou de la paille. Durant cette première étape, les vers de terreau resteront chez le détaillant d’articles de pêche.

Mise en place de la zone de vie :

Coupez le carton aux dimensions intérieures de votre bac de travail, gardez les chutes de carton et déposez le morceau de carton coupé au fond du bac ou déposez un tapis de paille au fond du bac ; rajoutez au-dessus du bout de carton ou du tapis de paille une petite couche de billes d’argile, 2cm suffisent largement ; pour finir rajouter une bonne couche de terreau dans le bac jusqu’à mi-hauteur du bac environ. Le bout de carton ou le tapis de paille vont empêcher les vers de sortir du bac, ils seront décomposés lorsque le compostage commencera, les billes d’argile vont garder un minimum d’humidité dans le bas du bac, le terreau sera le lieu de vie des vers de terreau.

Prenez les chutes de carton et coupez-les en petits morceaux, pas besoin de faire des carrés minuscules non plus, faites des bandes de 2 à 4cm, rajoutez une ou deux coquilles d’œufs passées au mixeur, si vous en avez n’hésitez pas à rajouter des feuilles de papier ou des journaux, l’idéal étant de pouvoir récupérer des bandes de papier qui sont passées au broyeur à papier ou des lamelles de carton qui servent à caler les objets fragiles. Arrosez le tout généreusement mais lentement jusqu’à l’obtention d’un écoulement régulier dans le bac inférieur. Attendez que l’écoulement s’arrête et videz le bac inférieur (arrosez vos plantes avec cet eau pour ne pas gâcher). Après cet arrosage, les bouts de carton et de papier devraient se retrouver plus ou moins plaqués contre le terreau, attendez quelques jours avant d’introduire vos vers de terreau, en veillant à ce qu’il y ait une humidité remarquable dans le bac de travail, dans un premier temps vérifiez si le terreau est humide, si en le touchant ne sentez aucune humidité, arrosez légèrement votre bac, dès que les premières gouttes tomberont dans le bac inférieur, arrêtez l’arrosage ; si le terreau est assez humide, vérifiez que la couche de papier et de carton l’est aussi, en appuyant légèrement dessus avec votre pouce vous devriez sentir de l’eau, si ce n’est pas le cas, arrosez généreusement à l’aide d’un pulvérisateur.

Mise en place des premiers vers de terreau :

Maintenant que le bac est viable pour les vers de terreau, vous pouvez aller chez votre détaillant d’articles de pêche lui prendre 3 ou 4 boites de terreau (selon la taille de votre vermicomposteur) pour commencer votre élevage, je vous conseille de pas trop en prendre dès le début, car les premiers démarrages ne sont pas toujours efficaces et souvent la mort des vers de terreau en résulte, mais après quelques tentatives généralement on finit par y arriver. Déposez le contenu entier des boites dans le bac, c’est-à-dire les vers de terreau et la litière.

Ne rajoutez pas de déchets organiques durant la première semaine, vous devriez apercevoir une activité des vers sans forcément les voir bouger dans le bac, par exemple les bouts de papier et de journaux commencent à diminuer car ils sont consommés par les vers de terreau, des traces de déjections éventuellement ou bien encore des traces de passage des vers de terreau sur les bords des bacs. Veillez de manière régulière à l’humidité dans le bac de la même manière qu’expliquée plus haut, si nécessaire pulvériser de l’eau dans le bac.

Au bout d’une semaine de vie dans le bac, si vous apercevez de l’activité, vous pouvez commencer à nourrir vos vers de terreau, mais veillez à apporter les déchets organiques (épluchures de légumes passées sous le robinet, marc de café, etc…) mélangés à des déchets carbonés (lamelles de carton ou de papier, herbe sèche,  sciure, branchage broyé, etc…) de façon limitée mais régulière et adaptée à votre élevage, un apport trop conséquent peut réduire votre lombricomposteur en zone de fermentation avec les désagrément qui vont avec : odeur nauséabonde, mort des vers de terreau, etc., par exemple un léger nourrissage tous les 2 jours pour commencer. Vous pourrez augmenter la quantité de nourriture au fur et à mesure que votre élevage prendra de l’ampleur, mais il faut compter plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Gestion de votre élevage de vers de terreau :

Au bout de plus ou moins 3 mois si votre élevage fonctionne correctement, votre bac de travail devrait être rempli à hauteur de 2/3 de compost, un petit geste pour la planète mais un geste formidable pour votre élevage de vers de terreau, c’est la preuve que votre élevage est bien viable, il vous fourni de l’engrais solide et liquide à récupérer dans les bacs respectifs et les premiers résidents ont commencé à se reproduire de manière optimale. I est temps d’utiliser le deuxième bac de travail, rien de plus simple, il suffit de mettre de la nourriture dans le deuxième bac, les vers seront attirés par la nourriture qui vient d’être mise à leurs disposition (n’oubliez pas de mélanger déchets organiques et déchets carbonés). Puis à force de composter les déchets, le premier bac sera rempli et une couche de compost se formera dans le deuxième bac ; lorsque la couche de compost dans le deuxième bac atteindra une épaisseur raisonnable (plus de 5cm), vous pourrez prendre le premier bac et récupérer le compost pour vos plantes, n’oubliez pas de récupérer les billes d’argiles que vous placerez dans le deuxième bac, vous pourrez aussi prélever une bonne quantité de vers de terreau, mais ne prélevez pas tout car il faut en laisser dans le vermicomposteur prévoyez la quantité d’un petit bol ou d’une grande tasse pour relancer votre compostage. Une fois le tri fait, on repart à l’étape précédente, c’est-à-dire la mise en place des vers de terreau dans le bac de travail. Le premier bac se retrouvera en haut de la pile et le second se retrouvera en dessous.

Il est aussi possible de récupérer de temps en autres une petite quantité de vers de terreau, généralement en grattant un peu en dessous des déchets on arrive à trouver facilement quelques vers.

Ce roulement de bacs sur une période de 3 ou 4 mois est signe de bonne vitalité de votre élevage de vers de terreau, de plus vous récupérez un compost de qualité et des engrais naturels produits par votre élevage de vers de terreau le fameux lombrithé et les fameux turricules.

 

3°) Les astuces et les erreurs à connaitre

 

La première erreur à ne pas commettre et de vouloir aller plus vite que la musique, comme vous avez pu le lire, le démarrage d’un lombricomposteur peut demander jusqu’à 3 semaines.

Une autre erreur qui revient assez régulièrement, ne pas mélanger différentes espèces de vers de terre ensemble, comme vous avez pu le lire dans cet article je ne parle que de vers de terreau. J’ai fait l’erreur une fois d’avoir mélangé vers de terreau et dendros, et au bout de quelques temps plus aucun vers de terreau dans le vermicomposteur.

Une coquille d’œuf broyée de temps en temps est presque primordiale pour les vers, cela régule l’acidité dans le bac et apporte un minimum de calcium au compost. 1 coquille broyée par semaine suffit amplement pour un petit élevage.

Si vous entreposez votre lombricomposteur dans une pièce de vie comme la cuisine par exemple, lui adjoindre une plante ou deux plantes carnivores peut s’avérer très intéressant, ces derniers s’occuperont d’éventuels indésirables comme des mouches.

L’humidité :

N’humidifiez pas trop les bacs, normalement il n’est pas nécessaire d’humidifier les bacs de travail, l’apport en nourriture humide (déchets passés rapidement sous l’eau) est suffisant mais dans certains cas il faut rajouter de l’humidité, dans ces cas utilisez un pulvérisateur pour asperger votre bac.

Pour conserver un minimum d’humidité dans le bac, une petite astuce consiste à mettre dans le bac supérieur ou bien tout en haut du bac de travail un petit bol en plastique fermé percé de plusieurs piques en bambou, l’eau présente dans le bol entretiendra une humidité constante dans le bac. Lorsque le récipient est vide, il vous suffira de le remplir et de le refermer.

Si le bac est trop humide, rajoutez du carton pour absorber l’excédent d’humidité.

Récupérez régulièrement l’engrais liquide, ce dernier peut s’avérer néfaste s’il s’accumule trop et posera un problème d’humidité pour votre élevage.

N’oubliez pas de récupérer les engrais solides, ces derniers peuvent s’accumuler sans poser de problème particulier, si vous avez besoin de rempoter des plantes cet apport d’engrais naturel ne sera que bénéfique pour vos plantes.

Le nourrissage :

Ne nourrissez pas trop les vers, il vaut mieux attendre que les vers aient quasiment mangé la ration précédente avant de leurs servir un nouveau repas.

Mélangez les déchets organiques et les déchets carbonés, les déchets organiques vont apporter de l’humidité qui sera absorbée les déchets carbonés les rendant ainsi plus facilement compostables.

Augmentez la quantité de nourriture au fur et à mesure de l’accroissement de la population de vers.

Ne nourrissez pas les vers avec des matières grasses, des éléments carnés (viande, poisson, etc.), des produits laitiers (fromage, yaourt, etc.), matières minérales (cendre, poussière, terre, etc.) un peu de sable de temps en temps n’est pas mauvais pour les vers, évitez les champignons frais (quelques épluchures de champignon ne feront pas de mal à votre compost), ne mettez pas de déjections avec la nourriture.

Les déchets organiques :

Ce sont généralement les déchets issus des résidus végétaux de la cuisine.

Evitez les épluchures d’agrumes, il semblerait que les vers de terre n’apprécient pas trop, donc elles ne seront pas compostées et vont pourrir dans le bac, évitez aussi les oignons, ails et autres condiments du même type. Ces produits s’avèrent agressifs pour les vers à cause de leurs acidités.

Les peaux d’oignons, de gousses d’ail et de patates cuites à l’eau peuvent être mis dans le bac, mais elles sont considérées comme déchets carbonés, donc prévoir une ration de déchets organiques en plus, de plus elles mettent beaucoup de temps à être absorbées, donc à mettre en faible quantité. Attention, ne mettez pas les tubercules dans le compost, ces aliments ne sont pas appréciés par les vers.

Pour les épluchures dites solides, comme par exemple peau de banane, peau d’avocat, melon, etc., aucun problème mais il faut les couper en petit morceau et les mélanger avec d’autres déchets organiques et carbonés avant de les mettre au compost, ces épluchures mettront beaucoup plus de temps à être absorbées par les vers. Vous pouvez éventuellement les faire bouillir quelques minutes afin de les rendre un peu plus digestes.

La peau de pastèque, le concombre et autres fruits et légumes pleins d’eau sont très appréciés par les vers, sans en abuser non plus ils enrichiront votre compost.

Le marc de café ainsi que les filtres à café sont très appréciés par les vers, déchets de cuisine compris entre les déchets organiques et les déchets carbonés, quelques petites dosettes déchirées ou bien un filtre à café et son marc ne feront pas de mal à votre élevage de vers.

Le riz ou les pâtes sans sauce sont comestibles pour les vers, une petite quantité de temps en temps ne pourra leurs être que bénéfique.

Les orties et autres plantes herbacées sauvages comme la consoude sont aussi des mets de choix pour les vers, rincez et coupez grossièrement les feuilles avant de les mettre dans le bac. Evitez les grosses épines, elles sont difficilement décomposables et peuvent vous piquer lorsque vous manipulerez le compost.

Les déchets carbonés :

Ce sont des produits issus de l’industrie du papier ou des déchets de jardinage.

Evitez tous les papiers de magasines et autres papiers glacés, généralement recouverts d’un vernis non absorbable par les vers. Pour le carton, pareil, évitez les cartons d’emballage revêtus d’un surface brillante non comestible pour les vers, les cartons de pizza à emporter sont l’idéal car de qualité alimentaire.

Les papiers de journaux, les boites d’œufs, les rouleaux en carton de papier toilette ou d’essuie-tout font de très bons déchets organiques, il est préférable de les couper en petits morceaux avant de les mettre dans le bac.

Les feuilles mortes ne sont pas boudées par les vers, mais ne pas en mettre trop dans le bac, elles mettent un peu de temps à être décomposées.

Evitez les feuilles de lauriers, ils semblent toxiques pour les vers (testé et pas approuvé).

Des branchages broyés finement ou des copeaux de bois ou encore la sciure de bois peuvent très bien convenir pour un compost, mais leurs temps de décomposition peuvent être long, il faudra rajouter moins de déchets carbonés tant que ces résidus de bois n’auront pas été décomposés.

Un petit bout de pain rassis peut contenter l’appétit des vers, mais il faut le broyer et le mélanger avec des déchets organiques humides, à mettre en faible quantité car le pain moisit rapidement.

Les pétales de fleurs sont un met de choix pour les vers, ne pas hésiter à ramasser les pétales de fleurs fanées et à nourrir vos vers avec.

Les feuilles de vos plantes représentent aussi un met de choix pour les vers, il suffit de les rincer et de les couper sommairement avant de les mettre au compostage.

 

4°) Quelques réalisations de vermicomposteurs en photo

Vermicomposteur en bacs plastique Vermicomposteur en bacs plastique Vermicomposteur en frigolite

WebRankInfo.com Gralon Annuaire Meilleur-Blog.fr Liens Utiles

Sur Noogle.fr Site hébergé gratuitement par sHost.ca Statistiques par AWStats


Petite pub pour soutenir sHost.ca l'hébergeur du site